Les vacances sont finies. Ce soir, retour à Paris, demain le travail reprend. Mais hier soir, les vacances ont été ponctuées par un très bon moment : une séance d’astronomie en famille. A 21h, le temps était magnifique, pas de vent sur les coteaux du Lauragais et déjà quelques étoiles du triangle d’été pointaient (Véga, Deneb, Altair) : décision est prise, nous montons au Pech pour une nuit d’astronomie. Le temps de charger tout le monde dans les voitures, nous roulons déjà sur la route sinueuse du Pech de Venerque. Nous nous installons sur le bord du Pech, plein Sud, à l’abri des lumières de la plaine de l’Ariège. Je prépare le NexStar 8 SE et nous sommes prêt pour la séance. Les neveux se disputent la place derrière l’oculaire pour voir Jupiter ; la galaxie d’Andromède – M31 (M trentéééé uin », avec l’accent toulousain) ; Mizar ou ζ UMa, la belle double de la Grande Ourse ; les amas globulaires de la Voie Lactée (M22, etc.). C’est un festival. De temps en temps, une étoile filante traverse le ciel et lance ou relance ainsi le concours de celui qui en verra le plus. La nuit avance, Jupiter monte sur l’écliptique, nous suivons la danse de ses satellites depuis quelques jours, merci Galilée. Ce soir, la lune ne vient pas trop nous éclairer, elle a du travailler trop tard hier, elle dort encore. Il est temps de chercher des amas ouverts et M29 est le plus beau. Les petits commencent à se lasser d’attendre leur tour et les grands demande plus de couleurs dans l’oculaire. Mais il est vrai que la vision derrière un 203 mm est différente d’une photographie prise par le télescope spatial Hubble… Le temps passe, il est 1h du matin, les enfants se sont endormis à la belle étoile ou plutôt aux belles étoiles. Il va être temps de redescendre. C’est alors que je me lance un défi à moi même, Uranus doit être là, à l’Est. La SkyRemote (télécommande à étoiles) du Celestron facilite le travail. Le télescope tourne, ralenti, s’arrête : pointe-t-il sur Uranus ? J’ai presque peur de regarder : avec un 203 mm, Uranus c’est un peu limite. Je me lance…

Dans le noir du ciel, quelques étoiles et… légèrement sur la droite, un petit point, légèrement vert/bleu. Je centre. Oui, c’est bien un petit disque. C’est bleu/vert, un peu comme la lumière froide d’une luciole. Je vérifie, plus de doute, c’est Uranus. Quel bonheur ! Je n’avais jamais vu d’objet planétaire au delà de Saturne pour l’instant (il faut dire que je n’avais qu’une lunette de 60 mm très ancienne). Je réalise que je regarde un objet qui est à 3 000 000 000 de Km. du Soleil.

Il est temps de partir, nous démontons, voiture, le chemin chaotique du Pech, retour à la lumière. Fin des vacances, demain Paris, mais hier soir, j’ai vu Uranus.

Stéphane.