Les mains dans Tomcat, Cocoon, SDX, etc.

Bonsoir,
Il est des jours qui sont trop courts… Je suis depuis deux jours dans l’installation d’un serveur pour le pôle HSTL et le CN2SV sous Apache/Tomcat6 faisant tourner en parallèle SDX, Cocoon, METS Navigator. Sous Tomcat 6.0.10 et JVM 1.5 ces briques semblent bien tenir la route. Cependant, chez moi, Cocoon n’est pas encore très stable, mais cela viendra (désolé Got).
L’idée principale est de proposer une plate-forme applicative simple, offrant à nos producteurs la consultation d’AIP stockés soit en EAD soit en METS (voir MODS que j’expérimente en diffusion via un outil OAI-PMH, mais là c’est une autre histoire, et c’est très neuf). Je suis encore septique sur la pérennité à long terme des frameworks java tant l’empilement des couches (ou briques) technologiques semble fragile. Je compare cela à une application « classique » MySQL+PHP tournant sous LA »mp ». L’avenir nous le dira…
Stéphane.

Précédent

De la pérennité des applications web : les 10 ans de DBMAN

Suivant

Archives scientifiques, instruments de recherche XML et virtualisation des données

2 Comments

  1. Got

    Cocoon est stable, le problème vient du fait que les différentes briques s’agencent de façon très fines, à une version de cocoon correspond une version de tomcat, il faut "juste" trouver la bonne version.

    A propos de la pérennité des applications java, il me semble que le problème n’est pas de savoir si elles sont pérennes ou non ; ce ne sont pas les applications qui doivent être pérennes, mais les informations, d’où l’importance de séparer application et données. A partir du moment où toutes tes informations sont pérennes et complètes grâce au renseignement des métadonnées, tu peux changer l’application sans problème quelque soit le choix technologique. Une plate-forme LAMP peut tout à fait convenir, il faut juste s’assurer de cette indépendance et, ensuite, comparer les performances en fonction des besoins de la communauté d’utilisateurs cibles et des moyens à disposition pour gérer l’archive.

  2. Oui, je suis d’accord avec toi. Le temps de prise en main de Cocoon est de l’ordre de 10 à 15 jours pour un informaticien (donc un peu plus long chez moi ;-). Nous faisons tourner Cocoon sous MAC-OS X avec Java 1.4. Maintenant c’est presque un jeu d’enfant.

    S.

Les commentaires sont fermés

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén