Il est possible de construire rapidement de petites applications simples permettant d’exploiter des documents issus d’archives visuelles (cartes, photos, plans) en les connectant a des données bibliographiques. Ces applications utilisent de plus en plus les langages du web (et, depuis 2005, ceux du web 2.0) et elles se développent autour d’XML. Voici une première partie/introduction au KML et le début d’un exemple avec le géo-référencement 2D de cartes anciennes via Google Maps, du KML et du XML.

Le KML (Keyhole Markup Language) est une grammaire XML permettant d’afficher et de gérer des données dans Google Maps et Earth. Il offre la possibilité de poser des points, tracer des lignes, des polygones. Dans Google Earth, s’y ajoute les angles de vue, les objets 3D simples ou texturés. Mais l’une des fonctionnalités les plus intéressante pour la recherche reste l’enrichissement en données externes. KML peut diffuser des données XHTML riches (textes, images, videos), des images plaquées sur la photo satellitaire, etc…

Il existe une version compressé du KML, le KMZ. Pour ceux qui ont utilisé comme moi du VRML (Virtual Reality Modeling Language), nous avions aussi une version « Gzipé » du langage : le .wrz (à la place du .wrl). le KMZ encapsule aussi les images qui peuvent être liées au fichier KML. Il est possible de fabriquer du KMZ avec un simple compresseur : WinZip, Gzip, etc.

Sur le plan syntaxique, le KML se présente comme du XML :

<?xml version= »1.0″ encoding= »UTF-8″?>
<kml xmlns= »http://earth.google.com/kml/2.2″>
<Placemark>
<name>Siège du CNRS</name>
<description>Paris, le siège du CNRS.</description>
<LookAt>
<longitude>2.264605600614077</longitude>
<latitude>48.84727288728012</latitude>
<altitude>0</altitude>
<range>171.6689944655567</range>
<tilt>-6.848248640637841e-011</tilt>
<heading>0.0004740658326556625</heading>
</LookAt>
<Point>
<coordinates>2.264605600614077,48.84727288728013,0</coordinates>
</Point>
</Placemark>
</kml>

Ce petit fichier KML permet de placer dans Google Earth ou Maps, un point localisé sur le siège du CNRS, l’élément <LookAt/> correspondant au point de vue de la caméra qui « regarde » ce point. <Placemark/> encapsule le <Point/> géocodé présentant la latitude et la longitude. Dans le monde Earth / Maps de Google, les coordonnées géographiques sont en degrés décimaux (comptés positivement vers le Nord pour la latitude, et vers l’Est pour la longitude). Ici, le géocodage est très précis (2.264605600614077), mais si vous utilisez l’API de Maps, la précision est de l’ordre du mètre. Autre limite, dans Google Maps, seuls certains éléments peuvent être utilisés : les points, les lignes, les polygones, les styles, les icônes et les liens et l’application de couches multiple (placage d’images), mise en œuvre de dossiers et types de vues. Pour le moment (version 2.2 du KML) la 3D n’est pas utilisée (nous sommes dans Maps, donc le royaume de la 2D).

Ce petit exemple, permet de ce lancer dans la construction de fichiers KML et ainsi enrichir en information de toutes sortes de cartes dans le vaste « bac à sable » que peut être Google Maps ou Earth. De nombreux scientifiques, les géographes principalement, utilisent déjà ce format. J’ai découvert aussi ce site qui présente Google Earth et le KML pour les enseignants du secondaire. Le KML n’est pas le seul format XML dans le domaine des « géo-formats/2D/3D » : il y a le WMS, WFS et GML venant du monde de la géographie, les formats pour « services web » : AtomPub, GeoRSS et le KML/Z (avec d’autres limites cependant).

Dans le cadre du CN2SV, nous avons publié l’inventaire d’un fonds de cartes topographiques anciennes (XIXe-XXe siècle) de la cartothèque du centre de documentation REGARDS-CNRS. Nous avons décidé de coupler ce fonds de cartes, après numérisation, avec une base de données bibliographique/documentaire classique. Pour cela, nous avons utilisé une base de données intermédiaire qui, à partir des données lat./long. des quatres angles d’une carte, a pour mission de stocker des données pour produire à la fois du KML (pour l’instant sous la forme de petit fichier, donc nous sommes en mode asynchrone) qui peut être utilisé dans Google Earth pour visualiser l’emprise de la carte, ces villes importantes, etc. Mais aussi du XML compatible avec l’API de Google Maps (qui est légèrement différent du KML natif, du moins dans sa version 2.2 ).

Dans un second temps, j’ai développé une petit programme PHP qui exploite ces fichiers XML (pour l’API…) dans un contexte l’application riche. Du KML simple, nous passons dans un micro format XML propre (mais nous pourrions faire cela avec du KML directement, c’est juste une histoire d’optimisation du fichier pour l’API de Google Maps), ainsi pour chacune des cartes nous avons ceci :

Capture d'écran de l'application CN2SV pour les géodonnées

 

<?xml version= »1.0″ encoding= »UTF-8″?>
<mygeod xmlns= »http://www.cn2sv.cnrs.fr/xml/mygeoc/0.1″>

<markers>
<marker lat= »-20.53105″ lng= »47.24332″ label= »Ville d’Ambositra » html= »Informations sur la ville d’Ambositra <br>avec la base de données REGARDS-ADES-CNRS » infolink= »query.php?value=Ambositra »/>
<marker lat= »-20.62105″ lng= »47.20332″ label= »Carte de Madagascar » html= »Informations sur la ville d’Ivato <br>avec la base de données REGARDS-ADES-CNRS » infolink= »query.php?value=Ivato+Madagascar »/>
<marker lat= »-19.871795326377995″ lng= »47.03521728515625″ label= »Carte de Madagascar » html= »Informations sur la ville d’Antsirabe <br>avec la base de données REGARDS-ADES-CNRS » infolink= »query.php?value=Antsirabe »/>
<marker lat= »-20.27137605095937″ lng= »44.31661605834961″ label= »Carte de Madagascar » html= »Une carte est disponible » infolink= »?id=R_MADA11_04_00014″/>
<line colour= »#ff0000″ width= »5″>
<point lat= »-19.40″ lng= »45.32″/>
<point lat= »-19.40″ lng= »48.11″/>
<point lat= »-21.20″ lng= »48.11″/>
<point lat= »-21.20″ lng= »45.32″/>
<point lat= »-19.40″ lng= »45.32″/>
</line>
<center lat= »-20.33″ lng= »46.90″ zoom= »8″/>
</markers>

</mygeod>

Ce fichier XML permet de délimiter la couverture de carte et de pointer des lieux (les « markers » de Google Maps). Les attributs sont très simples :

  • label : titre de la vignette/popup
  • html : contenu de la vignette/popup
  • lat : latitude
  • lng : longitude
  • zoom (pour <center/>) : facteur du zoom d’entrée dans la carte
  • infolink : lien vers le connecteur de/des bases de données à interroger (mais on pourrait imaginer une chose avec du xlink et xpointer si l’on veut rester dans le monde XML)

Il suffit d’utiliser de l’API de Google Map pour monter l’application. Mais cela sera pour le prochain billet…

Stéphane.

PS : Le format KML est relativement simple, mais un ouvrage de référence en français manque (à moins qu’il soit sous presse).