Étiquette : digital humanities (Page 2 sur 2)

Des données brutes 2.0

L’administration Américaine a lancé data.gov : une plateforme d’accès aux données brutes de la santé, l’environnement, l’énergie, recherche, éducation. C’est très (trop?) ambitieux, voir utopique (mais il s’agit des USA) et d’ailleurs cet avis est partagé. Mais l’initiative est là et la plateforme déjà en ligne : il s’agit d’un projet hybride entre archives, recherche et accès. Ce projet, une récente discussion avec Got, croisée d’une journée avec les collègues du Centre de calcul de l’IN2P3-CNRS (qui héberge beaucoup de données issues des SHS), m’a conforté sur la notion et la nécessité de réservoirs de données brutes pour la recherche en SHS.

Ces réservoirs existent aujourd’hui dans les laboratoires de SHS, mais les données qu’ils contiennent sont souvent encore perçues comme des données « privés », réservées aux chercheurs locaux. Il est vrai qu’ils les ont collectées ou générées et ce travail n’est pas réellement reconnu dans le parcours d’un chercheur alors qu’il est fondamental. Ces données « pour la recherche » ont donc souvent tendance à « mourir » au fond de nos disques durs faut d’une infrastructure double : archivage des données (pour l’histoire), diffusion des données « brutes » et pas forcement éditorialisées dans une publication électronique académique mais mise à disposition de la communauté scientifique comportant un minimum d’appareil éditorial basé sur le Dublin Core Terms par exemple.  D’autant que souvent, ces données ont été collectées ou générées sur fonds publics (ne serait ce que le salaire du chercheur).

Bien sur, il faut pondérer ici le fait que certaines données sont sensibles de part leur nature et que la mise à disposition ou la diffusion est complexe et nécessite des barrières mobiles parfois très longues.

En france, il existe des initiatives intéressantes, encore trop peu soutenues financièrement, mais cela avance, cela se structure et des formations, pour les chercheurs et enseignants-chercheurs, voient le jour tel que l’université d’été de l’édition scientifique ouverte, qui aura lieu en septembre 2009, ou bien l’école thématique des centres nationaux de ressources numériques du CNRS dont le wiki est en ligne avec toutes les communications, les bibliographies numériques, en ligne, etc.

Alors, en ce mois de juillet, j’ai envie de dire : « ouvrez vos données à vos collègues et au monde » et j’espère aussi, soyons fou, un donnees.gouv.fr ?

Il est temps, dirons certains, que je parte en vacances.

Stéphane.

Avoir le temps

Bonjour,

Le sp.Blog est-il mort ? Mon silence actuel est proportionnel au temps que je passe à faire mon vrai métier d’ingénieur d’études qui ressemble parfois, et de plus en plus, à un chemin de croix, doublé d’un slalom géant avec des tireurs d’élites postés dans les sapins. Accompagner la recherche est un métier passionnant, surtout quand vous travaillez dans la structuration d’un domaine tel que le mien et nouveau en France, les digital humanities. L’apport du numérique dans la recherche en SHS change une chose principale : le rapport au temps.  Il est dur de résister aux sirènes de la communication scientifique directe immédiate, aux projets de recherche « flash », etc. Donc, maintenir un projet structurant long, faire de l’appropriation de modèles, de techniques et d’outils, suivre des dizaines de projets quand l’équipe de recherche n’existe plus, bichonner un site ou un serveur web orphelin de ces pères fondateurs, etc. n’est pas choses très évidente. Bref, ce que le numérique change c’est le temps.

Vous l’aurez compris, j’ai donc moins de temps.

Stéphane.

digital humanities in Orleans

Bonjour,

Tout en préparant un billet (depuis noël, aie aie aie) sur un outil d’encapsulage des méta-données dans une image avec les possibilités offertes par le format XML couplé à du Dublin Core, j’ai eu l’honneur d’intervenir dans le séminaire de recherche sur l’édition électronique et les digital humanities nouvellement créé par Richard Walter à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes du CNRS (Orléans). J’ai partagé la première séance de ce séminaire avec Michel Jacobson (DAF ; CNRS), responsable du Centre de Ressources pour la Description de l’Oral (Paris), un centre de ressources numériques du CNRS au même titre que celui que j’anime sur les données iconographiques. Un compte-rendu de ce séminaire a été écrit par Constance Krebs dans son blog amontour.net. Les digital humanities « à la française » comme dirait lou burnard avancent encore un peu, se structurent, réfléchissent et je pense dans le bon sens.
A bientôt pour parler XMP, Dublin Core et Perl.

Stéphane.

Page 2 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén