Étiquette : ist (Page 2 sur 2)

FDI : mutation des outils et technologies, importance de la donnée numérique

bonsoir,

J’ai eu plein de retours sur le concept de FDI que j’ai lancé sur la toile il y a quelques jours. Je suis assez content de voir que l’idée des flux et donc des échanges syndiqués entre serveurs commence a être bien implanté un peu partout. Il y a eu des commentaires sur mon idée de « mort de l’interface » : il semble que cela soit un peu trop vite analysé. Il me semble que l’interface web classique va évoluer, muter (au sens « mutant »). Le web 2.0 est une mutation (presque au sens génétique du terme). Dans quelques années, je l’ai dit, les flux seront le coeur de nos préocupations. Un flux c’est un point de départ, un vecteur et un lecteur. Je travaille sur cela avec une partie de mon équipe CNRS. Dans le FDI, il nous faut mettre en place des modèles universels qui devrons être le plus simple possible : des bases de données simple, des systèmes de stockages simples : xml voir fichier tab, des outils dépouillés pour donner accès à tous, etc. Le modèle OAIS va dans ce sens. Mais il est encore trop complexe. Il faut l’affiner. Nous encodons suivant la norme EAD en ce moment dans le cadre de la plate-forme CN2SV. Il est très intéressant de voir que les outils permettant d’encoder en EAD sont encore assez complexes ; la prise en main de tels outils nécessite une véritable culture (documentaire, archivistique, informatique, web). Cela professionnalise la chaine de production visible dans le modèle OAIS :


Figure issue du CCSDS, vu dans RLG.

Cette professionalisation est très importante, nous vivons là une évolution majeure. Le web 2.0 est peut-être sur la voie de la professionnalisation. En amont les artistes numérique tel que Jacques Perconte défriche, torde, etc. Puis il y a une sorte de rationnalisation qui débute et les « webmestres-orchestres » laissent la place à des professionnels qui développent des CMS et des plate-formes de publication assistée. Une fois que la modélisation professionnelle a fait son travail, après être descendu très bas dans les outils, technologies, stratégies, nous voyons plus clair, le chemin devient moins difficile et là il ne reste que la donnée, la data comme on dit aux USA. Très rapidement, l’on remonte des interfaces plus simples, claires s’appuyant massivement sur les flux (RSS, RDF, en fait xml). Dans ma notion de FDI il y a une sorte de trinité : le Flux, la Donnée et Internet (au sens réseau, donc communication, du terme).

Stéphane.

Editer sur le web des sources pour la recherche.

Bonjour,
J’ai pris du retard dans la publication de mon blog. Je suis dans la création de silos de documents numériques (norme ISA(G) pour les catalogues, etc). Je vous conseille en tout cas de lire l’article d’un collègue de l’Ecole Nationale des Chartes sur l’édition électronique :

Gautier Poupeau, L’édition électronique change tout et rien. Dépasser les promesses de l’édition électronique, Le Médiéviste et l’ordinateur, 43, 2004, [En ligne] http://lemo.irht.cnrs.fr/43/43-03.htm et surtout de consulter le site sur METS : http://www.loc.gov/standards/mets/.

Un webmestre et le monde de l’édition numérique

Bonsoir,

de retour de Sophia-Antipolis ! Après une intervention dans une Ecole Thématique du CNRS. D’ou une publication dans HAL-SHS : et voila le powerpoint en ligne.

Stéphane.

Photo du séminaire des professionnels de la documentation du CNRS.

Bonsoir,
Voici quelques photos de mon intervention au séminaire des documentalistes du CNRS d’Arcachon (oct. 2005). J’ai présenté les corpus scientifique pour la recherche (www.ampere.cnrs.fr et www.buffon.cnrs.fr) en insitant sur les métadonnées images.

Page 2 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén