sp.Blog

le blog de Stéphane Pouyllau

Étiquette : histoire

Avoir le temps

Bonjour,

Le sp.Blog est-il mort ? Mon silence actuel est proportionnel au temps que je passe à faire mon vrai métier d’ingénieur d’études qui ressemble parfois, et de plus en plus, à un chemin de croix, doublé d’un slalom géant avec des tireurs d’élites postés dans les sapins. Accompagner la recherche est un métier passionnant, surtout quand vous travaillez dans la structuration d’un domaine tel que le mien et nouveau en France, les digital humanities. L’apport du numérique dans la recherche en SHS change une chose principale : le rapport au temps.  Il est dur de résister aux sirènes de la communication scientifique directe immédiate, aux projets de recherche « flash », etc. Donc, maintenir un projet structurant long, faire de l’appropriation de modèles, de techniques et d’outils, suivre des dizaines de projets quand l’équipe de recherche n’existe plus, bichonner un site ou un serveur web orphelin de ces pères fondateurs, etc. n’est pas choses très évidente. Bref, ce que le numérique change c’est le temps.

Vous l’aurez compris, j’ai donc moins de temps.

Stéphane.

Equipes Numériques : nouveaux métiers, nouvelles structures

Ce billet s’appuie sur le texte de Pierre Mounier disponible en ligne sur l’Unité Numérique de l’ENS LSH.

 

La diffusion de sources historiques sur le web est en augmentation et la demande est de plus en plus forte. Les étudiants, au niveau master par exemple, seront dans quelques années, les principaux utilisateurs des sources historiques numérisées et disponibles en ligne (web et entrepôts OAI). Le signalement de ces sources s’améliore de jours en jours même si de nombreux sites ou entrepôts de données restent « isolés » (notion curieuse pour le web je vous l’accorde). Après l’époque des sites web offrant des sources numérisées, nous sommes dans celle des entrepôts, et des méta-entrepôts. Aujourd’hui, tout le monde fait de la rétro-numérisation de sources : bibliothèques, services d’archives, laboratoires de recherche, projets de recherche. Même un chercheur isolé demande de plus en plus une copie numérisée d’une source et si possible envoyée à son adresse électronique. Depuis quelques années, des présentations PowerPoint, « augmentées » de sources numériques, fleurissent dans les TD des universités et les plateformes d’enseignement à distance. Dans le monde de la recherche scientifique en sciences humaines et sociales, c’est aujourd’hui une évidence, les sources numérisées sont partout.

Depuis quelques années, la demande devient également importante. Aujourd’hui, les chercheurs publient des articles dans des revues électroniques, déposent dans les archives ouvertes et associent, ou le feront bientôt, à leurs articles des fac-similés numériques (manuscrits, collections de photos, etc.). Face à cette demande, des méta-entrepôts sont en construction. Ils sont souvent la partie immergé de méta-portails disciplinaires. La tendance actuelle et à l’interconnexion de ces méta-entrepôts à l’aide protocoles fondés sur : des normes communes, des briques technologiques communicantes et utilisant les canaux naturels du web (http, etc.).

Dans les sciences humaines, ces méta-entrepôts sont créés la plupart du temps par les équipes IT regroupant des ingénieurs, des techniciens spécialisés en information scientifique et techniques (IST), en documentation et archivistique et des chercheurs (voir le billet de Pierre Mouier sur l’Unité Numérique). En lisant ce billet, je me suis aperçu que mon équipe IT – le CRHST et son centre de ressources numériques (le CN2SV) – avait un rôle assez semblable finalement et je me suis assez bien reconnu dans ce paragraphe de Pierre Mounier :

« Pour dire les choses brutalement, l’Unité Numérique est une structure nouvelle qui répond à une situation nouvelle. On peut penser qu’elle est une manière particulière, comme d’autres le font différemment ailleurs, d’inventer un nouveau métier, celui d’éditeur numérique. Elle ne pourrait faire ni l’un ni l’autre (répondre à la situation et inventer un métier) si son centre de gravité se déplaçait et la faisait tomber de l’un ou l’autre des côtés (dans une bibliothèque, un service informatique ou une maison d’édition traditionnelle). »

Un nouveau métier ? Oui, j’en suis persuadé depuis quelques temps, c’est bien un nouveau métier avec ces formations et ces réseaux. A nouveau métier, nouvelles structures ? Bien évidement. Elles font de l’informatisation des données, de l’ingénierie documentaire, de la re-documentarisation de sources, de l’édition électronique et elles inventent et adaptent des outils informatiques pour des projets de recherche. Elles sont le lien, grâce à la veille technologique, entre les contenus des grandes bibliothèques numériques et les besoins des chercheurs. Je rejoints également Pierre Mounier sur l’idée suivante :

« … le principe du respect de l’autonomie scientifique et éditoriale des équipes de recherche avec lesquelles le travail est fait. Et l’application de ce principe est un peu une quête du Graal car il ne se résume évidemment pas à laisser les chercheurs tout faire par eux-mêmes. Il s’agit bien plutôt de faire en sorte que les choix qui sont faits et les actions techniques qui sont déléguées à l’Unité Numérique ne se traduisent pas par une dépossession et finalement une trahison des projets de recherche. Il faut donc pour chaque projet, en fonction du type de réalisation et de demande, mais en fonction aussi des particularités propres à l’équipe qui la porte, imaginer un dispositif qui mixe un choix d’outils appropriés, une bonne répartition des tâches et des niveaux de décision et une dose variable de formation des équipes de recherche aux technologies numériques. A ma connaissance, mais je peux me tromper, la composition du cocktail n’est pas totalement standardisable et ne peut faire l’objet de procédures automatiques. »

Pour ma part, et depuis que je travaille dans ce domaine du CNRS, je pense que l’accompagnement des chercheurs dans leurs projets doit s’appuyer sur :

  1. Un respect éditorial du projet porté par l’équipe de recherche (ER)

  2. Une implication de l’ER, par l’initiation, l’information et la démonstration, dans les problématiques propres à l’équipe IT. Ainsi elle comprend mieux les contraintes (techniques, financières, etc.) et les choix réalisés.

  3. Un respect des formats ouverts, tant sur le plan des logiciels que sur les formats de stockages des données

  4. L’établissement de phases de production qui prennent en compte la pérennité des données et des réalisations (en collaboration avec d’autres organismes pour les productions web par exemple)

Ce sont les quatre principales règles que nous respectons au CRHST et dans le cadre du CN2SV, elles sont proches de celles de l’Unité de Pierre Mounier. Je pense qu’elles doivent être utilisées ailleurs, dans d’autres équipes adossées à d’autres institutions, et j’en suis heureux. Ce nouveau métier et ces structures nouvelles au service des sources numérique en ligne, ouvrent sans aucun doute, de nouveaux horizons pour la recherche scientifique.

Alors, 2008, année zéro ?

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén