Étiquette : archives ouvertes

Explorons les données d’ISIDORE avec SPARQL #1

Depuis quelques semaines, j’ai pris la direction d’une unité mixte de service qui anime la très grande infrastructure de recherche Corpus-IR. Après Adonis et tout en poursuivant un peu l’animation d’Isidore, je reviens avec plaisir dans les corpus de données en SHS. Cela dit, l’avenir d’un projet tel qu’Isidore est très directement lié aux corpus et bases de données qui pourraient être indexés et annotés par Isidore. Les consortiums de Corpus-IR sont déjà au travail et proposeront des corpus de données prochainement. J’espère qu’ils seront structurés avec du RDF et voir même, pour les corpus diffusés sur le web, avec du RDFa.

Ayant donc un peu moins de temps pour écrire dans ce blog, je profite tout de même de quelques minutes pour vous inviter à explorer les possibilités du SPARQL endpoint d’Isidore en lançant ici une petite série de billets. Pour ouvrir la série, une requête permettant de lister les métadonnées des photos et images de MédiHAL géolocalisées sur territoire (je prends ici quelques photos de Djibouti) appartenant au référentiel géographique utilisé dans Isidore, Geonames.org :

PREFIX dcterms: <http://purl.org/dc/terms/> 
PREFIX dces: <http://purl.org/dc/elements/1.1/> 
PREFIX foaf: <http://xmlns.com/foaf/0.1/>

select ?id ?titre ?uri_pays 
?nom_auteur ?prenom_auteur ?coord_geo where { 
<http://www.rechercheisidore.fr/resource/10670/2.hlil75> ?p ?o. 
?o dcterms:identifier ?id. 
?o dcterms:title ?titre. 
?o dcterms:creator ?creator. 
?creator foaf:familyName ?nom_auteur. 
?creator foaf:givenName ?prenom_auteur. 
?o dcterms:coverage ?uri_pays. 
?o dces:coverage ?coord_geo 
FILTER (regex(?id, "10670") 
&& regex(?uri_pays, "223816") 
&& regex(?coord_geo, "[0-9]")) 
} LIMIT 500

En posant cette requête SPARQL dans l’interface d’interrogation SPARQL d’Isidore, il est possible de récupérer les métadonnées, en fait les informations contenues dans les métadonnées, sous la forme de triplets RDF. Ces triplets RDF, base du web de données, peuvent donc être redondant si l’information fait appel aux même étiquettes d’un même vocabulaire (cf ex. ci-dessous). Le résultat de la requête est présenté dans différents formats (RDF/XML ; HTML ; json…).

A partir de là, de nombreuses petites applications web sont possibles, elle sont souvent nommées « mashup » car elles marient, grâce au liant que permet l’utilisation d’URIs à base d’http, plusieurs informations présentes dans le web de données.

Variantes… avec les enrichissements proposés par Isidore et issus des différents traitements effectués :

PREFIX dcterms: <http://purl.org/dc/terms/> 
PREFIX dces: <http://purl.org/dc/elements/1.1/> 
PREFIX foaf: <http://xmlns.com/foaf/0.1/>

select ?id ?titre ?uri_pays ?uri_enrichissements_ISIDORE 
?nom_auteur ?prenom_auteur ?coord_geo where { 
<http://www.rechercheisidore.fr/resource/10670/2.hlil75> ?p ?o. 
?o dcterms:identifier ?id. 
?o dcterms:title ?titre.
?o dcterms:subject ?uri_enrichissements_ISIDORE.
?o dcterms:creator ?creator. 
?creator foaf:familyName ?nom_auteur. 
?creator foaf:givenName ?prenom_auteur. 
?o dcterms:coverage ?uri_pays. 
?o dces:coverage ?coord_geo 
FILTER (regex(?id, "10670") 
&& regex(?uri_pays, "223816") 
&& regex(?coord_geo, "[0-9]")) 
} LIMIT 500

Ou encore avec les mots-clés d’origine et les enrichissements :

PREFIX dcterms: <http://purl.org/dc/terms/> 
PREFIX dces: <http://purl.org/dc/elements/1.1/> 
PREFIX foaf: <http://xmlns.com/foaf/0.1/>

select ?id ?titre ?uri_pays ?mots_cles ?uri_enrichissements_ISIDORE 
?nom_auteur ?prenom_auteur ?coord_geo where { 
<http://www.rechercheisidore.fr/resource/10670/2.hlil75> ?p ?o. 
?o dcterms:identifier ?id. 
?o dcterms:title ?titre.
?o dces:subject ?mots_cles.
?o dcterms:subject ?uri_enrichissements_ISIDORE.
?o dcterms:creator ?creator. 
?creator foaf:familyName ?nom_auteur. 
?creator foaf:givenName ?prenom_auteur. 
?o dcterms:coverage ?uri_pays. 
?o dces:coverage ?coord_geo 
FILTER (regex(?id, "10670") 
&& regex(?uri_pays, "223816") 
&& regex(?coord_geo, "[0-9]")) 
} LIMIT 500

La « vue » des triplets RDF d’une ressource est bien sur directement possible :

SELECT ?graph ?predicat ?object WHERE { 
GRAPH ?graph { <http://www.rechercheisidore.fr/resource/10670/1.f2v6vz> ?predicat ?object. } 
}

Bon, je m’arrête là pour ce premier petit billet qui n’a pas d’autre vocation que de présenter des exemples de requêtes SPARQL sur des données SHS afin de mettre un peu l’eau à la bouche aux développeurs web du domaine qui pourraient ainsi avoir des idées de mashup pour leurs productions. La prochaine fois, je présenterai comment est formé de la requête.

Stéphane.

Accompagner la recherche

Bonne année 2011 à tous !

Le numérique change les métiers de l’information scientifique et technique et de la communication. Il y a quelques semaines, les ingénieurs, les assistants ingénieurs et les techniciens du CNRS travaillant dans le secteur des sciences humaines et sociales étaient réunis à Paris pour une journée d’étude dans laquelle j’ai eu le plaisir de présenter MédiHAL. Je trouve cela très bien car il se créé ainsi une dynamique entre les personnes et les équipes. En discutant avec les collègues j’ai pu mesurer la nécessiter de passer rapidement d’un web de document à un web des données scientifiques fondé sur les principes du web de donnée (dont le RDF) et du linked data (la généralisation des URI). Ce qui m’a le plus frappé est le besoin, clairement exprimé maintenant, de mettre à disposition des données numériques en grande quantité tout en préservant le besoin de qualité de ces données.

Ce qui est également important, c’est la prise de conscience collective que maintenant il est possible de mettre en place des grands réservoirs de données, des bibliothèques de matériaux imprimés, manuscrits, photos, etc. et de le faire dans un cadre de travail standardisé, respectant des normes de description et s’interconnectant avec plusieurs outils d’éditions, de recherche, de traitement de l’information. La construction d’un web des données scientifiques, en SHS, est en marche et il s’intègre dans la construction du web de données général au sens du W3C. Ce web de données scientifiques n’est pas fermé sur lui-même, il est (et doit être) interopérable avec le reste du web de données. J’espère que le mouvement va s’accentuer, se développer.

Dans quelques années, les ingénieurs, assistants ingénieurs, techniciens du monde de la recherche scientifique et de l’enseignement supérieur, pourront construire des applications, des bases de données, des portails qui iront puiser de l’information directement dans le web. Ils iront interroger simultanément de multiples « triple stores » que sont ces grosses bases de données et réservoirs contenant de l’information interconnectée.

Lors de cette journée d’étude j’ai été aussi frappé de l’interaction entre les acteurs présentant des projets, plateformes, outils, méthodes : tous les projets sont interconnectés entre eux et à plusieurs niveaux ; les données aussi sont interopérables, entre elles, mais aussi vers l’extérieur, avec des données du monde entier.

MédiHAL : une photo pour une archive ouverte de photographies scientifiques

Mari, Tell Hariri Couple assis et buste d'un personnage barbu Syrie, Syria n° d'inventaire : 01105, Ifpo Institut Français Du Proche-Orient

Après quelques mois de travail avec l’équipe du Centre pour la communication scientifique directe (CCSD, www.ccsd.cnrs.fr) du CNRS, j’ai le plaisir de vous annoncer la création de MédiHAL : une archive ouverte de photographies et d’images scientifiques.

En juin 2006, dans les début du CN2SV, Fabrice Melka (du Cemaf-CNRS) et moi-même avions rédigé un projet qui jetait les bases de ce projet. A l’époque nous avions appelé cela « AOPS » : pour Archive Ouverte de Photographies Scientifiques. A l’époque nous pensions développer cela entre nous au CN2SV, comme nous l’avons fait notre autre plateforme AOMS, mais très rapidement nous avons compris qu’il nous fallait une équipe pour nous aider à réaliser ce projet qui nous tenait à cœur.

MédiHAL utilise le logiciel HAL qui est utilisé en France pour l’archive ouverte HAL. dont nous avons retravaillé le modèle de métadonnées. MédiHAL permet de cataloguer, géo-référencer et indexer les images et c’est Shadia Kilouchi, documentaliste contractuelle au CNRS, travaillant au CN2SV, qui a réalisé ce travail de modélisation et de réflexion documentaire en relation avec un grand nombre de collègues du CNRS et des universités. Je suis très heureux de voir que ce projet a mobilisé pour son élaboration des documentalistes, des développeurs, des chercheurs, qui ont travaillé ensemble autour de cette idée. Je remercie tous ceux qui nous ont aidé et qui supportent MédiHAL.

Dans un premier temps, MédiHAL est un réservoir de données pour les chercheurs et les enseignants qui souhaite archiver leurs images et permettre leur diffusion. Nous avons plus travailler sur le premier point, qui nous simple être un peu l’urgence aujourd’hui. Mais nous souhaitons petit à petit, selon les demandes, améliorer les outils et services pour la diffusion des images dépôts. A terme, j’espère que cette archive ouverte sera utilisée pour diffuser des corpus de chercheurs et de laboratoires. Nous encourageons les chercheurs qui ont souvent fait pendant plusieurs décennies des photos, pour leurs travaux de recherche, a les déposer dans MédiHAL  afin de les sécuriser (trop de disques durs et d’ordinateurs s’arrêtent sans prévenir, non ?) et de les diffuser (dans le respect des droits d’auteurs et des personnes).

Pour finir, la petite histoire de l’illustration du site MédiHAL. J’ai utilisé une photo que j’ai faite en juillet 2008, dans le centre de documentation/photothèque REGARDS (Pessac), Université de Bordeaux – CNRS. Il s’agit d’un meuble permettant de ranger un fichier de notices décrivant des photographies de géographie. Ce fichier est celui de la photothèque du CEGET, ancien laboratoire de recherche du CNRS. Il s’agit d’un « MédiHAL local » de l’époque…

banque d'images du CEGET - CNRS

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén