Accompagner la recherche

Bonne année 2011 à tous !

Le numérique change les métiers de l’information scientifique et technique et de la communication. Il y a quelques semaines, les ingénieurs, les assistants ingénieurs et les techniciens du CNRS travaillant dans le secteur des sciences humaines et sociales étaient réunis à Paris pour une journée d’étude dans laquelle j’ai eu le plaisir de présenter MédiHAL. Je trouve cela très bien car il se créé ainsi une dynamique entre les personnes et les équipes. En discutant avec les collègues j’ai pu mesurer la nécessiter de passer rapidement d’un web de document à un web des données scientifiques fondé sur les principes du web de donnée (dont le RDF) et du linked data (la généralisation des URI). Ce qui m’a le plus frappé est le besoin, clairement exprimé maintenant, de mettre à disposition des données numériques en grande quantité tout en préservant le besoin de qualité de ces données.

Ce qui est également important, c’est la prise de conscience collective que maintenant il est possible de mettre en place des grands réservoirs de données, des bibliothèques de matériaux imprimés, manuscrits, photos, etc. et de le faire dans un cadre de travail standardisé, respectant des normes de description et s’interconnectant avec plusieurs outils d’éditions, de recherche, de traitement de l’information. La construction d’un web des données scientifiques, en SHS, est en marche et il s’intègre dans la construction du web de données général au sens du W3C. Ce web de données scientifiques n’est pas fermé sur lui-même, il est (et doit être) interopérable avec le reste du web de données. J’espère que le mouvement va s’accentuer, se développer.

Dans quelques années, les ingénieurs, assistants ingénieurs, techniciens du monde de la recherche scientifique et de l’enseignement supérieur, pourront construire des applications, des bases de données, des portails qui iront puiser de l’information directement dans le web. Ils iront interroger simultanément de multiples « triple stores » que sont ces grosses bases de données et réservoirs contenant de l’information interconnectée.

Lors de cette journée d’étude j’ai été aussi frappé de l’interaction entre les acteurs présentant des projets, plateformes, outils, méthodes : tous les projets sont interconnectés entre eux et à plusieurs niveaux ; les données aussi sont interopérables, entre elles, mais aussi vers l’extérieur, avec des données du monde entier.

Précédent

Les données numériques des SHS entrent dans le web de données

Suivant

La correspondance d’André-Marie Ampère structurée avec RDFa

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén