sp.Blog

le blog de Stéphane Pouyllau

Étiquette : cn2sv

Avoir le temps

Bonjour,

Le sp.Blog est-il mort ? Mon silence actuel est proportionnel au temps que je passe à faire mon vrai métier d’ingénieur d’études qui ressemble parfois, et de plus en plus, à un chemin de croix, doublé d’un slalom géant avec des tireurs d’élites postés dans les sapins. Accompagner la recherche est un métier passionnant, surtout quand vous travaillez dans la structuration d’un domaine tel que le mien et nouveau en France, les digital humanities. L’apport du numérique dans la recherche en SHS change une chose principale : le rapport au temps.  Il est dur de résister aux sirènes de la communication scientifique directe immédiate, aux projets de recherche « flash », etc. Donc, maintenir un projet structurant long, faire de l’appropriation de modèles, de techniques et d’outils, suivre des dizaines de projets quand l’équipe de recherche n’existe plus, bichonner un site ou un serveur web orphelin de ces pères fondateurs, etc. n’est pas choses très évidente. Bref, ce que le numérique change c’est le temps.

Vous l’aurez compris, j’ai donc moins de temps.

Stéphane.

digital humanities in Orleans

Bonjour,

Tout en préparant un billet (depuis noël, aie aie aie) sur un outil d’encapsulage des méta-données dans une image avec les possibilités offertes par le format XML couplé à du Dublin Core, j’ai eu l’honneur d’intervenir dans le séminaire de recherche sur l’édition électronique et les digital humanities nouvellement créé par Richard Walter à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes du CNRS (Orléans). J’ai partagé la première séance de ce séminaire avec Michel Jacobson (DAF ; CNRS), responsable du Centre de Ressources pour la Description de l’Oral (Paris), un centre de ressources numériques du CNRS au même titre que celui que j’anime sur les données iconographiques. Un compte-rendu de ce séminaire a été écrit par Constance Krebs dans son blog amontour.net. Les digital humanities « à la française » comme dirait lou burnard avancent encore un peu, se structurent, réfléchissent et je pense dans le bon sens.
A bientôt pour parler XMP, Dublin Core et Perl.

Stéphane.

digital humanities : le tournant et la eSHSgrid

L’école thématique sur la préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales, organisée par les centres de ressources numériques du CNRS propose une formation aux humantiés numériques (digital humanities) en matière d’édition de sources pour la recherche scientifique en sciences humaines et sociales. Les 30 personnes qui sont ici suivent plusieurs ateliers sur l’informatisation des données manuscrites, iconographiques, orales.

La communauté des digitals humanities se structure, se parle, travaille. La mise en ligne de collections iconographies, la création d’entrepôts de données « images » et « visuelles » (y compris les modèles 3D) n’est plus envisagé sans la structuration de l’information : fichiers RAW, fichiers TIF, vignettes à la volée en JPEG, calculateurs de rendu, métadonnées XMP (ou encore en IPTC), EXIF, MIX, METS, DC. Belle avancée ! Les choses doivent encore se préciser mais le numérique est aujourd’hui au cœur d’un très grand nombre , c’est le « digital turn » ou tournant digital proposé par Paul Bertrand. Les sources numérisées vont laisser la place – de plus en plus – aux sources numériques structurées, c’est aujourd’hui une quasi-réalité et presque du passé et le XML, les normes, l’open-source sont au coeur du digital turn. Un e-chercheur sera l’utilisateur de ces corpus hybrides structurés, virtualisés, accessibles à tous les chercheurs au travers, tel les données du LHC, d’une eSHSgrid et constitué, non pas pour une utilisation individuelle, mais génératrice de publications multiples, papiers, mais aussi de plus en plus elles-mêmes électroniques. Cette eSHSgrid garantie le socle d’accessibilité aux données.

Le wiki de l’Ecole est actualisé en permanance par les participants.

Stéphane.

Archive numérique d’Objets et de Matériaux iconographiques

L’annonce faite par Dan Cohen de l’association entre Zotero et Internet Archive pour la création de Zotero Commons (« The Zotero-IA alliance will create a “Zotero Commons” into which scholarly materials can be added simply via the Zotero client. » nous dit Dan Cohen) est très intéressante car elle (re)place les matériaux de recherche (carnets de terrains, carnets de notes, documents numériques, etc.) dans le monde des Archives Ouvertes. Ces dernières prendront peut-être à cette occasion un nouveau sens. Bien sur, il y a plein de problèmes à résoudre dans ce type de projets : la question des droits (cruciale, pour documents visuels dont le statut – à la prise de vue – est souvant flou ou mal défini), l’utilité de proposer tel ou tel document (pertinance), le rôle des intermédiaires ou « rouages classiques » entre les chercheurs, les étudiants et le grand public que sont les bibliothèques et centres de documentation.

Dans mon domaine, les Sciences Humaines et Sociales, les matériaux ayant été utilisés par les chercheurs pour leurs recherche sont très souvant publics, libres de droits ou en passe de le devenir (il suffit de faire de bonne convention avec les institutions dépositaires ou d’attendre…) et donc archivables dans une Archive numérique d’Objets et de Matériaux iconographiques (ou AOMS). C’est ce que nous tentons de construire, du moins de préfigurer avec le Centre National pour la Numérisation de Sources Visuelles et avec le soutien du TGE ADONIS et du département SHS du CNRS. Au CN2SV, nous travaillons avec des bibliothèques, des centres de documentation, des services d’archives autour du thème « archives – recherche – informatisation des données » définie par ma collègue Christine Blondel, historienne des sciences et chercheur au CNRS. Notre plateforme AOMS fonctionne depuis un an.

Ces projets permettront d’accroitre les échanges entre les scientifiques. Ils permettront aussi d’améliorer les méthodes et outils pour la conservation de nos fragiles documents numériques et ils seront les structures de conservation des matériaux des historiens du futur.

Bonne année 2008, à bientôt,

Stéphane.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén