L’école thématique sur la préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales, organisée par les centres de ressources numériques du CNRS propose une formation aux humantiés numériques (digital humanities) en matière d’édition de sources pour la recherche scientifique en sciences humaines et sociales. Les 30 personnes qui sont ici suivent plusieurs ateliers sur l’informatisation des données manuscrites, iconographiques, orales.

La communauté des digitals humanities se structure, se parle, travaille. La mise en ligne de collections iconographies, la création d’entrepôts de données « images » et « visuelles » (y compris les modèles 3D) n’est plus envisagé sans la structuration de l’information : fichiers RAW, fichiers TIF, vignettes à la volée en JPEG, calculateurs de rendu, métadonnées XMP (ou encore en IPTC), EXIF, MIX, METS, DC. Belle avancée ! Les choses doivent encore se préciser mais le numérique est aujourd’hui au cœur d’un très grand nombre , c’est le « digital turn » ou tournant digital proposé par Paul Bertrand. Les sources numérisées vont laisser la place – de plus en plus – aux sources numériques structurées, c’est aujourd’hui une quasi-réalité et presque du passé et le XML, les normes, l’open-source sont au coeur du digital turn. Un e-chercheur sera l’utilisateur de ces corpus hybrides structurés, virtualisés, accessibles à tous les chercheurs au travers, tel les données du LHC, d’une eSHSgrid et constitué, non pas pour une utilisation individuelle, mais génératrice de publications multiples, papiers, mais aussi de plus en plus elles-mêmes électroniques. Cette eSHSgrid garantie le socle d’accessibilité aux données.

Le wiki de l’Ecole est actualisé en permanance par les participants.

Stéphane.