Dublin Core 2008 à Berlin

Le DC2008, organisé par le Competence Centre for Interoperable Metadata (KIM), le Max Planck Digital Library (MPDL), la Göttingen State and University Library (SUB), la German National Library (DNB), Humboldt Universität zu Berlin (HU Berlin) et le Dublin Core Metadata Initiative avec le concours de Wikimedia Deutschland, a permis de faire un panorama complet des utilisations possibles des deux jeux principaux de méta-données Dublin Core (simple et qualifié). Plusieurs projets, issus principalement des communautés scientifiques, de celles des musées et du monde des bibliothèques (nationales ou universitaires) ont été présentés sous la forme de séances plénières, de workshops et de posters.

Après première journée dédiée à des d’ateliers d’introduction allant de l’histoire du DC, à la présentation de la mise en pratique du DC, les sessions plénières des mardi, mercredi, et jeudi ont permis de voir que le DC est aujourd’hui au coeur des outils d’inter-opérabilités développés par les producteurs de données que sont les grandes bibliothèques et le monde universitaire principalement. A plusieurs reprise, le DC a été mentionné comme étant le ciment permettant de mettre en oeuvre les échanges de méta-données, la communication de ces dernières et ceci à très grande échelle : pour des réservoirs ayant plusieurs centaines de milliers d’enregistrements. Le DC qualifié semble de plus en plus concurrencer le MARC par exemple : il est presque devenu natif dans les applications de gestion des bibliothèques.

Le DC est également au centre des problématiques du web sémantique. Plusieurs présentations sur ce sujet (principalement venant des USA) ont eu lieu et ont démontré que le web sémantique doit, pour ce développer, s’appuyer sur des technologies et méthode tel que le RDF associé au DC. Dans la construction des outils – et méthodes – du web sémantique le DC occupe une place importante car il agit comme un point de référence, une brique fondamentale de ce très grand chantier. Cependant, peu d’applications fonctionnelles ont été présentées et certains projets sont encore très expérimentaux.

On peut noter une forte progression de l’utilisation du DC dans les applications du web social et dans les applications web professionnelles. Le DC est de plus en plus couplé aux systèmes utilisant le RDF, le RDFa et dans sa sous-branche : le FOAF, etc.. Un doute subsiste cependant quant au retour sur investissement et sur la qualité en matière d’indexation collaborative grand public de corpus iconographique (ex. du SFMOMA : www.sfmoma.org).

Le développement du DC dans les années qui viennent suivra l’évolution des méta-langages que sont le RDF et toutes ces déclinaisons. Le vecteur OAI-PMH est aussi fortement mentionné par les utilisateur du DC.

Le DC s’impose dans les grands catalogues internationaux et dans les protocoles d’échanges entre bibliothèques et besoins universitaires ou de recherche.

Stéphane.

PS : A noter le peu de présence des Français, surtout venant des grandes bibliothèques, aucune bibliothèque universitaire représentée, les acteurs classiques de l’IST n’y était pas non plus, heureusement l’ABES était là et bien sur le CNRS et le TGE ADONIS que je représentais indirectement.

Précédent

Le point sur le DC

Suivant

digital humanities : le tournant et la eSHSgrid

2 Commentaires

  1. Intéressant. Est-ce qu’ils ont mentionné des recommandations de référence concernant le DC qualifié orienté bibliothèques? Ou va-t-on vers une Tour de Babel dans les usages, malgré l’existance du standard?

  2. Stéphane POUYLLAU

    Effectivement, un workshop sur ce sujet a eu lieu le mardi après-midi. Les diapos issues des présentations powerpoint sont en ligne sur le site du congrès.

Les commentaires sont fermés

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén