Archives de catégorie : en général

Billets généraux sur le numérique ou pas.

Des historiens et des historiennes à l’ère numérique

Depuis quelques mois, je constate l’émergence d’une nouvelle « génération » d’historiens et historiennes. Il me semble qu’elle est apparue au détour des THATCamps sur les humanités numérique des années 2010-2012. J’y avais constaté la présence d’historiens et d’historiennes (et de nombreux doctorants et doctorantes) des disciplines de l’histoire moderne et contemporaine avides de comprendre le mouvement des humanités numériques. Plus attentif à porter mes deux communautés de formation (histoire médiévale et archéologie) vers les humanités numériques et surtout en raison de la création d’Huma-Num, je n’ai vu que récemment l’envol de cette une nouvelle « histoire à de l’ère numérique ». Si les historiens et historiennes ont depuis longtemps forgée des bases de données, gérés et utilisés des données quantitatives et qualitatives, il me semble qu’il souffle un vent un peu nouveau depuis quelques années en particulier sur trois points : la réflexion sur les méthodes de l’historien doublée une réflexion épistémologique assez poussée sur les sources de l’historien ; la place de l’outil (au sens large) dans la recherche et l’enseignement de l’histoire à l’université ; enfin, résultante de ce dernier point, le renouvellement des pratiques de l’enseignement de l’histoire dans le supérieur.

De nouvelles sources et un recul à prendre

Quand Frédéric Clavert utilise comme source de ses travaux des tweets, il fait entrer de nouveaux contenus (courts, liés à un contexte temporel, etc.) dans la bibliothèque du chercheur. Il y fait aussi entrer de la technique, de la documentation informatique, du code qui entraine obligatoire la nécessité d’une épistémologie des contenants au même titre que de celle des contenus.

Consultation collective d’archives historiques et cartographiques sur ISIDORE tactile, 2018 – Photo : S. Pouyllau

Construire le réservoir de connaissance de l’historien à partir d’une API (ici celle de Twitter) implique une « diplomatique de l’API et du code » qui va traiter les données et une explicitation des choix qui seront fait par l’historien ou historienne des structures de la base de données. Même si de nos jours ce travail est mal pris en compte dans l’évaluation de la qualité des travaux, ce n’est qu’un moment. Demain, la « diplomatique de l’API » sera au centre de l’attention portée à compréhension des conclusions et connaissances nouvelles avancées par cette profession.

L’outil dans la recherche et dans l’enseignement)

Quand Franziska Heimburger, Émilien Ruiz ou Caroline Muller diffusent leurs impressions, conseils, « trucs et astuces » et réflexions sur Zotero et autres outils, via leurs différents carnets de recherche, blogs, sites web, conférences, journées d’études, ils/elles placent l’outil numérique dans la recherche. Le programme informatique est dans leurs mains d’historiens et historiennes et c’est par leurs critiques et impressions qu’ils entrent dans le cartable de tous les futurs historiens et historiennes qu’ils/elles forment. Par leurs essais, pour leurs propres besoins, entourés (ou pas) de personnels d’accompagnement des SHS, ils/elles ont construit des protocoles du traitement des données de l’histoire. Ce n’est par la confrontation à la donnée et aux outils standards et finalement assez loin des grandes manœuvres, parfois un peu oppressante, de la normalisation et de l’internationalisation des pratiques par l’innovation, qu’ils/elles forgent leurs applications et leurs chaines de traitement des données.
Maintenant, ils/elles sont dans le partage de ces protocoles, ils/elles « prescrivent » et assument de le faire sans positionner ce savoir en tant que « science auxiliaire », c’est à dire à « coté » de l’histoire. Il me semble qu’il y là quelque chose d’intéressant. En effet, assumer d’être producteur de connaissance, forgeurs d’outils pour produire ces savoirs tout en assurant la critique, la promotion et l’enseignement de l’évolution des techniques de son propre métier — dans un domaine où l’on sépare encore largement le savoir érudit de comment il est produit, me semble relever d’une avancée considérable et d’une aventure passionnante. Car au-delà de l’important renouvellent les problématiques de recherche qu’ils/elles portent, ils/elles font évoluer les choses.

Enseigner à l’ère numérique

Quand Caroline Muller ou Martin Grandjean enseignent, ils intègrent dans leurs enseignements les méthodes et les (ou leurs) outils numériques. Ils modifient fortement et pour longtemps dans la façon d’enseigner l’histoire même si quelques retours en arrière peuvent être possibles malheureusement (sans doute dues à des contraintes passagères qu’à des réactions d’opposition construites et réfléchies).
Plusieurs billets ont récemment très bien détaillé je trouve cette appropriation du numérique dans les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche en histoire : Emilien Ruiz l’a très bien exprimé dans “Historien·ne·s numériques : gare au SSPQ !” :

« Je suis, depuis longtemps, convaincu de la nécessité d’un ancrage disciplinaire de la formation numérique des étudiants : pour ne pas être dépendants des outils, pour se garder tant des envolées lyriques que des rejets dédaigneux, c’est en historiennes et historiens que nous devons appréhender les instruments informatiques et les ressources numériques à notre disposition. »

Le billet de Caroline Muller, “Le cours « de numérique » est un cours comme les autres” est aussi dans cette idée et va plus loin :

« Il était donc certainement nécessaire de passer par cette étape du champ séparé des « humanités numériques », même s’il a peut-être contribué, en retour, à instituer l’idée que c’est un monde à part, et retardé l’intégration aux pratiques et formations disciplinaires classiques. »

J’adhère à cette analyse.

Ces billets sont des marqueurs, bien visibles et pour une large audience, des transformations qui s’opèrent actuellement dans les parcours de L et M à l’université. En disant cela il me sera sans doute opposé l’idée qu’il s’agit là de parcours particuliers dus à la personnalité de quelques-uns ou quelques-unes, que ce n’est pas un mouvement de masse, que l’université n’est pas (ou n’est plus) en mesure d’en faire un enseignement pour tous, que les pratiques mettront 25 ans à changer, qu’il y a la question des moyens et de la formation continue du personnel enseignant post-recrutement, etc. Je sais tout cela.
Cependant je ne veux pas attendre que l’université s’y mette pour souligner l’importance du travail fait en ce moment par ces quelques personnes qui sont en train de faire évoluer sans pour autant être dans la « disruption ». D’autres me diront que du point de vue des métiers de la connaissance (documentation, bibliothèques, archives) cela n’est pas nouveau et qu’il y a encore beaucoup de travail. Je répondrai, tant mieux ! Cette évolution du métier d’historiens et historiennes que porte ce petit groupe vous permettra sans doute de faire évoluer les vôtres ! Cela faut d’ailleurs pour les sciences du numériques et la mise en oeuvre des infrastructures de recherche : délivrer de la « puissance numérique » doit tenir compte de ces évolutions et il faut éviter de plaquer des pratiques numériques issues d’autres communautés car — pour l’histoire, ces pratiques de l’ère numérique sont clairement en train d’être portées, d’être discutées par les enseignants-chercheurs du domaine. On fait un pas de coté, on observe et on accompagne.

IBM 129 Card Data Recorder (IBM System/370, 1971) – Photo : S. Pouyllau

Comme je dis depuis longtemps maintenant, faire de la recherche en SHS, depuis l’arrivée de l’ordinateurs (1972-1989), puis du Web (1989-), puis de l’ère numérique (que je fais débuter à l’arrivée des smartphones — en gros en 2007, et qui ont complété le carnet d’archives), c’est mixer les métiers. C’est faire à minima de 20 à 30% du chemin vers les autres métiers : de l’informatique, de la donnée, de l’archive. Le fait que ce mouvement irrigue en temps réel les enseignements est une chose importante car cela veut dire évidement que l’agilité et l’autonomie face aux données et aux outils s’améliore pour les historiens et historiennes, que la critique des méthodes et des outils se renforce et que les thématiques de recherche seront interrogées différemment.

En conclusion, si je me permets de mettre la lumière sur ces quelques personnes, pour certains et certaines croisés récemment, je le fais volontairement car il me semble qu’ils/elles sont plus assis sur la tête que sur les épaules des géants. Ce que je vois de cette évolution de l’historien me plait car elle place le numérique au bon niveau au bon moment. Surtout, le plus important à mes yeux, c’est que le bon niveau et le bon moment sont le fruit de leur travail mixant leurs pratiques et l’import de savoirs extérieurs (informatique, etc.) dans ce qu’ils/elles définissent comme le périmètre de l’historien/historienne.

Je veux par ce billet les remercier (eux et tous ceux qui ce placent de façon raisonnée dans l’ère numérique) d’avoir compris qu’il ne fallait pas forcement cultiver le champ qu’on leur destinait, et que pour cela il fallait mettre à jour leurs outils et la façon de les utiliser tout en s’imprégnant des travaux, des erreurs faites et des contraintes de leurs temps. Ils/elles sont des aussi des pionniers.

Stéphane Pouyllau.

Note : le billet contient sans doute encore des coquilles, merci de me les signaler en commentaire.

Louise

Je viens d’apprendre le décès brutal de Louise Merzeau. Elle m’avait invité à participer au séminaire Ecrilecture en 2012 et je me souviens de cette discussion si forte et riche qui s’y était développé. Grace à Louise, j’ai rencontre Marcello Vitali-Rosati, Vincent Larrivière, etc. mes contacts du Québec avec qui je travaille aujourd’hui. J’ai croisé plusieurs fois Louise Merzeau dans des réunions, ateliers, et j’avais été marqué par la richesse de ses analyses, toujours très précises, appelant à réfléchir. Elle m’avait souvent questionné sur les « traces » dans le cadre du projet ISIDORE, et particulièrement lors du séminaire Ecrilecture. Ses questions étaient si constructives. Je pense à ses proches, à ses étudiants. Louise va nous manquer.

Le libre accès privatisé ?

A l’occasion de la semaine du libre accès (open access week, du 21/25 octobre 2013), j’ai découvert un peu plus le projet MyScienceWork (MSW) qui se veut être un projet de réseau social centré sur les sciences. Ces réseaux ne sont pas nouveaux, ils sont assez nombreux : de Researchgate.org à Academia.edu. De façon plus claire, sur la première page de son site web, MSW propose un moteur de recherche assez large et qui affiche au compteur 28 millions de publications, … Certains chercheurs me diront que c’est spectaculaire, merveilleux et qu’il y a tout dans ces moteurs de recherche de réseaux sociaux mais je répondrai qu’il est facile d’afficher 28 millions de publications : il suffit de moissonner soit le web et de trier les sources, soit des entrepôts d’archives ouvertes selon le protocole OAI-PMH et de faire comme OAIster.org il y a quelques années : grossir, grossir, grossir… Ensuite il faut bien sur une interface et des filtres (facettes, etc.). Il est facile de faire du chiffre dans ce domaine là quand l’OAI-PMH permet le moissonnage gratuit de métadonnées et la récupération – par exemple – des articles en PDF qui y sont déposés. Testant le moteur de recherche de MSW justement, quelle ne fut ma « surprise » de voir que ce réseau – tout en se réclamant de libre accès (leur slogan est « MyScienceWork: Frontrunner in Open Access » – en malmène largement les principes ; voir construit son projet en privatisant de la connaissance en libre accès.

MSW Login

Comme beaucoup de personnes, à la vue d’un outil de recherche en ligne, mon narcissisme reprend du poil de la bête, je requête MSW sur mon patronyme : un grand nombre de mes articles, pré-publications, documents sortent. Je me dis alors qu’ils moissonnent HAL-SHS, l’archive ouverte nationale, et que dont voilà une belle initiative valorisant les contenus en libre accès. Hélas, voulant accéder au document PDF de l’un de mes papiers (en libre accès), je découvre qu’il faut avoir un compte MSW pour télécharger le document ou le lire en ligne (c’est à dire utiliser le lecteur PDF de MSW). Résumons, alors que mes articles sont libre accès dans HAL-SHS et au passage que je me suis battu (avec les éditeurs) pour qu’ils le soient, MSW demande aux utilisateurs venant sur leur moteur de recherche de se créer un compte pour voir mes papiers ! Sans compte dans MSW impossible de télécharger l’article PDF ou de le lire.

Pire, il n’est même pas signalé l’origine des publications : ni source, ni référence d’éditeurs, et donc HAL-SHS n’est même pas mentionné ! L’url pérenne fournie par HAL-SHS n’est pas indiquée non plus, le lien proposé pointe sur une adresse « maison » de MSW qui n’a rien de pérenne (elle est explicite, mentionne le nom du réseau : http://www.mysciencework.com/publication/show/1107184/les-moteurs-de-recherche-profitent-aussi-de-la-semantique). Bref, on ne sait pas d’où vient l’article, ni dans quoi il a été publié ! Parfois une mention « In » apparait, mais pas dans mes articles. Voir la différence de traitement du même papier que j’ai déposé dans HAL-SHS et moissonné dans MSW (éditeur mentionné par ex. dans mon dépot HAL-SHS) :

Article dans hal-shs

 

Article dans msw

Je garde le meilleur pour la fin, dans le cas des dépôts dans HAL-SHS, aucun des liens proposés par MSW ne permet d’accéder à l’article PDF ! Je me suis créer un compte « pour aller au bout » et surprise : que des pages 404 (au 28/11/13) ! Rien ! Impossible d’atteindre les articles alors qu’ils sont bien dans HAL-SHS. Bien sur, sur ce point, il doit sans doute s’agir d’une interruption « momentanée » des liens (c’est assez classique dans moteur de recherche, lors des ré-indexations), mais quand bien même ils fonctionneraient (les liens) il est difficile de savoir que l’article est en ligne ailleurs, sur HAL-SHS : le lecteur en ligne de MSW est une petite fenêtre en pop-up. Bref, cela ne fait qu’aggraver le cas je trouve, car j’ai l’impression que l’on « cache » le fait que l’article est en ligne en AO avec des métadonnées plus riches (cf. halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00741328).

Pourquoi ? Imaginons un étudiant qui débute cette année en master 2 et qui s’intéresse à l’histoire des maisons fortes du Moyen-âge dans le sud-ouest (bref, moi en 1997) et qui tombe sur le moteur de recherche de MSW. Il tombe sur mon DEA et mes articles sur le Boisset et se dit qu’il doit y avoir dedans des choses à prendre et bien même avec un compte MSW il n’est pas sûr d’avoir accès aux documents ! C’est vraiment dommage car par ailleurs, ils sont sur HAL-SHS, ils sont en libre accès, ils peuvent être cités par leur url (mieux : par les identifiants pérennes handle d’Isidore que je mentionne d’ailleurs dans les métadonnées de HAL-SHS), ils mentionnent l’email et les contacts de l’auteur (au cas où l’étudiant ait envie de me contacter), ils sont reliés à d’autres données dans le cadre d’Isidore (j’espère que sa BU lui a conseillé d’utiliser Isidore)… Bref, d’un coté il a permis à MSW d’engranger de la valeur, mais il n’a pas les documents et donc pas l’information, de l’autre, il a l’information et les documents, le contact, d’autres documents en rapport avec son travail. C’est en cela que je trouve ces pratiques malhonnêtes et que je dis qu’il s’agit de la privatisation de connaissances en libre accès.

J’ai signalé cela sur twitter et MSW m’a répondu sur twitter le 21 octobre 2013 :

Réponse MSW

J’entends bien que le principe est la collecte d’information afin de faire du profilage de personnes, d’ailleurs construire de la valeur sur des données en libre accès pourquoi pas, cela ne me dérange pas dès lors que l’on n’en « privatise » pas l’accès. Pourquoi MSW (et les autres d’ailleurs) n’indiquent-ils pas l’origine des données, que veulent-ils faire croire ? Qu’ils ne moissonnent pas ? C’est à dire que la valeur de leur réseau ne reposerait que sur des métadonnées ? Il me semble que les acteurs publics du libre accès aux données de la recherche devraient fixer des conditions dans les réutilisations des données des AO par exemple : pourquoi ne pas proposer des licences creatives commons, Etalab ou autres ? Cela devrait faciliter les réutilisations et le fait que les données sont en accès libre sur des plateformes publiques ? Je n’entre pas dans les détails juridiques, je ne suis pas assez compétent dans ce domaine, je réfléchis simplement à un de meilleurs accès à l’information.  Les plateformes telles que celle-ci ne devrait elle pas fonder leurs modèles sur la création d’enrichissements, d’éditorialisation des données ? Vous me direz, c’est ce que nous faisons déjà dans Isidore.

En conclusion, étant fonctionnaire et ayant choisi clairement le service public, j’estime que mes travaux doivent être communiqués le plus facilement possible aux publics. Je ne pense pas que les plateformes fondées sur ce modèle favorisent cela et j’estime qu’il y a là une certaine « privatisation » du savoir. Construire de la valeur sur des données gratuites est possible, mais pas en privatisant les données que les auteurs ont placées en libre accès. Ainsi, je souhaite que MSW et les autres réseaux sociaux signalent clairement dans leurs notices :

  • La source des données moissonnées (archives ouvertes, éditeurs, etc.)
  • La mention de la licence quand elle existe
  • Le lien d’origine de la données et l’identifiant pérenne de cette dernière quand il est disponible

Sans doute cela doit nous faire réfléchir, nous acteurs publics de la recherche, aux conditions et règles que souhaitons fixer dans nos interactions (nécessaires) avec la société et donc le monde marchand. Il me semble que les réseaux sociaux, moteurs de recherche sont nécessaires afin de toucher un maximum d’utilisateur et je pense aux étudiants en particulier mais il est de notre responsabilité de favoriser la diffusion des savoirs de façon large et donc de veiller à ce que cela reste possible.

Je rappelle ici, que MSW a organisé en 2013 la semaine du libre accès…

Stéphane.

A quoi sert la dame du CDI ?

Dans le débat qui anime « l’initiative » : comment j’ai pourri le web ; je signale un billet intéressant sur Métro-boulot-catho. Je ne partage pas la conclusion qui consiste à dire : « on ne profite vraiment du numérique que quand on a formé son esprit sans lui » car je pense que ce n’est pas le support qui est en cause, mais la façon dont « le net » est envisagé à l’école et dans l’enseignement. Nous sommes là dans cas un caricatural il me semble mais posant la question. Ainsi je trouve très pertinente la remarque dans le billet de Métro-boulot-catho :

« Alors oui, il faut une vraie formation à l’information. Mais à moins de créer une discipline documentation, ce qui n’est pas à l’ordre du jour5, cette formation ne peut se faire que dans le cadre des autres disciplines. Ce collègue, au lieu de se donner tout ce mal pour piéger ses élèves, n’aurait-il pas mieux fait d’aller rencontrer son collègue profdoc pour monter une séquence digne de ce nom ? D’emmener ses élèves deux ou trois heures au CDI, pour les faire réfléchir par eux-mêmes aux raisons qui les conduisent à utiliser Internet sans discernement ? Initier à l’information, c’est ce pour quoi les profdocs choisissent ce métier. Ce collègue va-t-il reconnaître que nous avons des propositions à lui faire ? »

Les métiers de l’information, la documentation en particulier, ont effectivement des propositions à faire et d’ailleurs pas que pour les profs et leurs élèves… je pense aussi aux chercheurs, aux informaticiens, etc. dans mon domaine. Comme je l’ai souvent dit, il faut faire au moins 50% du chemin vers la question de l’autre.

Stéphane.

Bielefeld Academic Search Engine

Le portail BASE (Bielefeld Academic Search Engine) est un aggrégateur OAI-PMH moissonnant 1890 entrepôts OAI dans le monde (au 2 juillet 2011) et donnant accès à 28.911.265 notices. Utilisant Solr et le système d’opac VuFind, BASE est accessible via un site web très clair, rapide et fonctionnel. Sans proposer, comme dans ISIDORE, un enrichissement des métadonnées à l’aide de référentiels, ni l’indexation du texte intégral des données jointes aux notices OAI, BASE est un outil très performant qui fait partie des fournisseurs de services. « Fournisseurs de services »… cette expression, un peu obscure je trouve, désigne le plus souvent les portails documentaires moissonnant des métadonnées selon le protocole OAI-PMH. Après OAIster (aujourd’hui dissout dans l’offre d’OCLC), Scientificcommons.org, BASE a ses adeptes. En tous cas, ce projet conforte certains choix que nous avons fait dans ISIDORE : la mise en place d’un annuaire des entrepôts moissonnés (« A data resources inventory provides transparency in the searches« , voir dans « About BASE« ) ou encore la notion de web profond ou invisible « Discloses web resources of the « Deep Web », which are ignored by commercial search engines or get lost in the vast quantity of hits.« . Bien sur, la notion de facettes, mais calculées uniquement sur les contenus des métadonnées moissonnées : « Refine your search result » options (authors, subject headings, year, resources and language).

Limité à OAI-PMH, et donc à des métadonnées proposées sous la forme d’atomes sans relief, ce type de portail, comme ISIDORE d’ailleurs, devra évoluer car il est toujours un peu frustrant de ne pas naviguer dans des données en « relief ». ISIDORE, avec son SPARQL end point RDF contenant plus de 40 millions de triplets RDF, va déjà un peu plus loin, mais il nous faut imaginer des nouveaux systèmes de navigation et de signalement pour ces informations structurées en RDF.

Stéphane.

ISIDORE : valorisons les données des sciences humaines et sociales

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de participer au lancement officiel d’ISIDORE, la plateforme de recherche dans les données numériques de la recherche en sciences humaines et sociales. Réalisée par le très grand équipement Adonis du CNRS, ISIDORE est une production collective qui a associé depuis plus de deux ans des acteurs publics et des acteurs privés au sein d’un marché de réalisation. Public tout d’abord : ISIDORE est un projet qui est la matérialisation concrète du projet fondateur du TGE Adonis : donner accès à de l’information, ouvrir des données, rendre visible la production des chercheurs et les données qu’ils utilisent pour travailler. Au sein du TGE Adonis un grand nombre de collègues ont travaillé pour ce projet, ils ont défini le projet, l’ont argumenté, le réalise aujourd’hui : c’est un travail d’équipe, long, complexe, parfois périlleux car il faut faire acte de pédagogie et de pragmatisme technique. Je vous invite à consulter ISIDORE, à le critiquer pour le faire évoluer car un outil tel que celui-ci doit évoluer en permanence. Je veux simplement souligner le très grand professionnalisme des collègues, partenaires industriels, qui ont partagé avec moi l’ensemble de la conception/réalisation de ce projet depuis mon arrivée au TGE en avril 2009 : Yannick, Benoit, Ariane, Nadine, Jean-Luc, puis Richard et Jean-Luc, Sophie, Shadia, L’équipe de la maitrise d’œuvre avec un immense respect pour Laurent tout d’abord, puis Daniel, Loic, Philippe, enfin tous les collègues du CNRS qui ont participé, soutenu, critiqué, aidé. Coté prestataires, je souligne le très grand professionnalisme des équipes ont travaillé avec nous et bien sur merci à Bruno, Jean-Louis, Fabrice et Gautier sans qui ISIDORE ne serait pas ISIDORE. Merci à tous !!

Stéphane.

Lundi…

Je suis dans la préparation de mon discours pour la cérémonie de remise du Cristal que le CNRS m’a décerné cette année. Que c’est dur ! 10 jours que je cherche une idée, une ligne… très difficile à faire tant le travail que je fais est avant tout collectif !

Aller, encore un effort !

Stéphane.

Hier soir, j’ai vu Uranus

Les vacances sont finies. Ce soir, retour à Paris, demain le travail reprend. Mais hier soir, les vacances ont été ponctuées par un très bon moment : une séance d’astronomie en famille. A 21h, le temps était magnifique, pas de vent sur les coteaux du Lauragais et déjà quelques étoiles du triangle d’été pointaient (Véga, Deneb, Altair) : décision est prise, nous montons au Pech pour une nuit d’astronomie. Le temps de charger tout le monde dans les voitures, nous roulons déjà sur la route sinueuse du Pech de Venerque. Nous nous installons sur le bord du Pech, plein Sud, à l’abri des lumières de la plaine de l’Ariège. Je prépare le NexStar 8 SE et nous sommes prêt pour la séance. Les neveux se disputent la place derrière l’oculaire pour voir Jupiter ; la galaxie d’Andromède – M31 (M trentéééé uin », avec l’accent toulousain) ; Mizar ou ζ UMa, la belle double de la Grande Ourse ; les amas globulaires de la Voie Lactée (M22, etc.). C’est un festival. De temps en temps, une étoile filante traverse le ciel et lance ou relance ainsi le concours de celui qui en verra le plus. La nuit avance, Jupiter monte sur l’écliptique, nous suivons la danse de ses satellites depuis quelques jours, merci Galilée. Ce soir, la lune ne vient pas trop nous éclairer, elle a du travailler trop tard hier, elle dort encore. Il est temps de chercher des amas ouverts et M29 est le plus beau. Les petits commencent à se lasser d’attendre leur tour et les grands demande plus de couleurs dans l’oculaire. Mais il est vrai que la vision derrière un 203 mm est différente d’une photographie prise par le télescope spatial Hubble… Le temps passe, il est 1h du matin, les enfants se sont endormis à la belle étoile ou plutôt aux belles étoiles. Il va être temps de redescendre. C’est alors que je me lance un défi à moi même, Uranus doit être là, à l’Est. La SkyRemote (télécommande à étoiles) du Celestron facilite le travail. Le télescope tourne, ralenti, s’arrête : pointe-t-il sur Uranus ? J’ai presque peur de regarder : avec un 203 mm, Uranus c’est un peu limite. Je me lance…

Dans le noir du ciel, quelques étoiles et… légèrement sur la droite, un petit point, légèrement vert/bleu. Je centre. Oui, c’est bien un petit disque. C’est bleu/vert, un peu comme la lumière froide d’une luciole. Je vérifie, plus de doute, c’est Uranus. Quel bonheur ! Je n’avais jamais vu d’objet planétaire au delà de Saturne pour l’instant (il faut dire que je n’avais qu’une lunette de 60 mm très ancienne). Je réalise que je regarde un objet qui est à 3 000 000 000 de Km. du Soleil.

Il est temps de partir, nous démontons, voiture, le chemin chaotique du Pech, retour à la lumière. Fin des vacances, demain Paris, mais hier soir, j’ai vu Uranus.

Stéphane.

MariaDB : l’avenir de MySQL ?

Bonjour,

Le monde autour de MySQL est en ébullition. Depuis le rachat par Oracle de Sun qui avait lui-même racheté MySQL, l’avenir du développement du système de gestion de bases de données open source le plus utilisé dans le monde est un peu en pointillé ce qui inquiète beaucoup de développeurs, principalement dans le monde de la recherche et de l’enseignement. Premier signe peut-être : la version open source de MySQL dite « Community » est d’ailleurs maintenant fondue dans celle payante nommée « Entreprise ».

Cependant, le créateur de MySQL, Michael « Monty » Widenius, lance MariaDB, un clone de MySQL dans le cadre de l’Open Database Alliance. MariaDB 5.1, qui sortira dans quelques mois,  s’appuie donc sur la version open sources de MySQL 5.1 : elle en aura l’ensemble des fonctionnalités selon les dires de M. Widenus.

Stéphane.

Dans le guidon

Bonjour,

Aller, la tête dans le guidon et on monte ! la mise en place de plateformes web et de wikis pour les digitals humanities sont en cours. Mais il me faudrait des journées de 48h pour avoir le temps de bloguer en ce moment ! Vivement les vacances de noël pour écrire et faire des photos !

A bientôt,

Stéphane.